Izabel Grondin
Nouvelles Izabel Grondin
Biographie Izabel Grondin
Filmographie Izabel Grondin
Festivals
Prix
Contact Izabel Grondin
Izabel Grondin - Facebook Izabel Grondin Youtube
Bio Izabel Grondin


Dans l’univers des courts métrages québécois, Izabel Grondin se distingue réellement à titre de réalisatrice qui a toujours pratiqué et défendu le cinéma de genre, et pour cause: en 18 ans de carrière, elle réalise 16 films, la majorité d’entre eux étant ancrés dans un univers horrifique. Depuis 1995, elle poursuit une démarche personnelle, singulière et provocatrice; son œuvre a voyagé dans le circuit des festivals de films du monde entier. Au fil des ans, elle s’est mérité plusieurs prix et distinctions, dont cinq au festival SPASM et quatre au festival Vitesse-lumière de Québec qui, à l’occasion de sa 10e édition, lui a remis un prix spécial pour l’ensemble de son œuvre. Quant à son dernier court, FANTASME, il s’est mérité en 2009 le prix spécial du jury-court-métrage au festival international de films Fantasia. Quelques rétrospectives lui ont d’ailleurs été consacrées, notamment à la Cinémathèque québécoise et au Cinéma du Parc.  En 2004 elle lance l'une des toutes premières compilations de courts métrages québécois de genre horreur-fantastique FOLIES PASSAGÈRES: CONTES TRASH ET SOURNOIS.  

 

Après avoir obtenu un certificat en scénarisation cinématographique à l’UQAM, elle s’inscrit au Baccalauréat en production cinématographique au Mel Hoppenheim School of Cinema de l’université Concordia où elle apprivoise le format 16 mm avec PIÈGE À RATS, un court métrage muet en noir et blanc.  Elle enchaîne avec RÜBEN IS NOT WELL (1996) une autre production en 16 mm  qui voit son style personnel émerger, se méritant au passage un prix au festival Vitesse Lumière de Québec.

 

Izabel Grondin expérimente ensuite avec la vidéo sur deux productions successives: SANS DESSEIN, une fausse bande annonce réalisée en 1999 en mini DV et CLICK HERE (2000), tourné en format Betamax.  Son film suivant, TERRORE (2001), joue la carte de l’horreur pure, confirmant la signature qu’adoptera la réalisatrice. Puis vient ASPIRALUX (2002), un film d’horreur avec une facture plus crue, une utilisation ingénieuse du son pour suggérer les sévices imposés au protagoniste et une interprétation remarquée de Martin Plouffe (fidèle collaborateur depuis SANS DESSEIN) et d’Éric Loiseau.

 

Après ASPIRALUX, un film résolument masculin,  Izabel célèbre l’horreur au féminin avec LES DRUJES (2004). Un court dans lequel la réalisatrice s’amuse avec divers procédés de suggestion de l’horreur, en jouant notamment avec les cris, une direction artistique assumée et une utilisation expressionniste de la couleur et de la lumière. En 2005 elle réalise CAVIAR, une comédie réalisée en 48 heures dans le cadre d'un cabaret Kino et qui rompt avec le ton de ses deux productions précédentes. Mais la prémisse annonce son film suivant. Suite à un tournage complexe et après plus d’une année de postproduction, Izabel lance enfin FANTASME (2008), un projet très ambitieux sur le thème de la confiance. Le film accumulera en trois ans plus de 27 festivals sur quatre continents !  Elle enchaîne rapidement avec SEXXX : SEXUALITÉ ET CINÉMA, un ludique montage d’archives coréalisé avec DJ XL5 sur l’évolution de la représentation de la sexualité dans le cinéma populaire québécois.

 

En 2012, soit après une longue période de gestation et d’écriture, elle entame les préparatifs de son prochain court, LA TABLE, le projet le plus audacieux et le plus personnel de sa carrière. Elle utilise pour la première fois la voie de la production participative (crowdfunding) pour financer une partie de l’opération.Elle travaille actuellement sur son 1er long-métrage, Le quartier des oubliés, une adaptation d'un roman de Madeleine Robitaille ainsi que sur d'autres projets de long-métrage. 

 

MARC LAMOTHE, festival International de Films Fantasia